Les impacts du télétravail

 dans Accompagnement, Bienveillance, Briser l'isolement, Communauté, Créativité, Gestion du stress, Impacts du télétravail, Leadership, Motivation au travail, Travail d'équipe

Dans le cadre d’une conférence que j’ai présentée au congrès virtuel du 3R MCDQ (Regroupement des récupérateurs et des recycleurs de matériaux de construction et de démolition du Québec),  j’ai fait une recherche sur les impacts du télétravail et j’ai eu envie de vous présenter mes résultats. 

J’ai fait le tour de mon réseau et j’ai posé la question suivante: «  Dans votre expérimentation du télétravail, qu’est-ce qui a fait que vous avez ressenti une perte de motivation à un moment ou un autre? (se sentir démotivé, à boutte, voire déprimé.) Qu’est-ce qui vous manquait ou qu’est ce que vous aviez en trop? » 

Cette recherche n’est pas du tout scientifique, mais elle met en lumière les problématiques que plusieurs d’entre nous vivent bien réellement! Une cinquantaine de répondants ont participé à ma recherche et je les en remercie! Ok, ce n’est peut-être pas représentatif, mais quand même, cette petite recherche m’a permis de tirer certaines conclusions fort intéressantes qui peuvent, je crois, vous aiguiller vers des solutions.

Impacts positifs

Heureusement, les impacts ne sont pas que négatifs. Il y a plusieurs impacts positifs. Par contre, étrangement, plusieurs impacts positifs trouvent leur pendant négatif. Ça me permet de conclure que tout est une question de perception ou de personnalité. Par exemple, certaines personnes préfèrent organiser leur temps que se faire imposer un horaire. Ça leur donnent l’impression qu’ils contrôlent mieux leur temps. Ainsi, ces individus ont trouvé du plaisir à gérer eux-mêmes leur horaire en télétravail. 

Voici une liste en rafale des impacts positifs relatés par les répondants:

1 Je me sens plus en forme! J’aime pouvoir prendre mon temps le matin! 12 Je sens que j’ai moins besoin de tout gérer en ce qui attrait au bureau.
2 J’ai plus d’efficacité au travail, plus de productivité. 13 Ça respecte mon rythme naturel
3 Je suis moins à la course, moins de retard. J’économise 7 à 10 heures de transport par semaine!  14 J’évite le trafic, c’est génial!
4 Mon équipe travaille mieux! 15 Nous profitons d’une diminution des coûts en général : loyer, transports, café, matériel de bureau … Ça parait!
5 Il y a des membres de mon équipe qui sentent une augmentation de la satisfaction au travail. 16 Plus grande santé/sécurité puisqu’on ne se déplace pas. Bon, on peu se tordre une cheville à la maison mais c’est rare!
6 Quand l’équipement va bien, c’est un plus! 17 Permet à mes gestionnaires une gestion souple et de confiance. C’est agréable!
7 Offrir la possibilité de faire du télétravail est un bon moyen de rétention pour garder des employés en poste.  18 Une préparation en prévision de ça aide à passer au travers: bons outils technologiques disponibles!
8 Les employés ont une plus grande disponibilité parce qu’ils sont moins stressés par un paquet de choses… 19 Ça me donne la perception que mon employeur me fait confiance!
9 Puisque je suis à la maison, j’ai une gestion de mon temps plus efficace. J’aime faire mon propre horaire!   20 Possibilité d’expansion pour l’organisation. Grâce au virtuel, on peut maintenant rêver de développer à l’international!
10 Meilleur équilibre travail-vie personnelle en allant chercher les enfants à une heure raisonnable… 21 Le fait d’utiliser plus judicieusement la technologie nous a permis de mieux se connaître et d’être plus performants!
11 Nous avons créé en équipe, de nouvelles façons de travailler ensemble qui concordent avec les besoins des employés plutôt qu’avec un standard plus traditionnel établi par l’organisation.  22 Cette situation nous a permis de développer un plus grand souci du bien-être et de la santé de chacun. Les employés nous en remercient. 

Puis… les impacts négatifs

Évidemment, les impacts négatifs sont nombreux… J’ai classé les réponses reçues en 4 catégories: 

  • Impacts relationnels 
  • Impacts physiques
  • Impacts logistiques 
  • Impacts psychologiques 

1) Impacts relationnels: 

1 Perte d’échanges spontanés  « Lorsqu’une question me « pop » dans la tête, je ne peux demander à un collègue à proximité. Dans la solitude de son domicile, je me sens mal à l’aise d’appeler quelqu’un. Je crains de « déranger » alors je m’arrange seul et je me sens seul… » 
2 Facteur phéromone « Sentir les autres, les savoir à proximité me procure quelque chose de rassurant… »
3 Perte de l’informel « Toutes les rencontres informelles permettant de régler des petites choses, les valider, etc ça me manque. »  « T’sais, quand tu discutes autour de la machine à café, parfois, c’est des enjeux sérieux ou simplement pour le plaisir. Y’a plus ça. Là, on ferme la réunion pis, c’est le silence de mort. » 
4 Perte du feeling de l’autre  Ne plus être près des gens, sentir leur énergie, leur vibration, les toucher.  
5 Manque de socialisation « Je m’ennuie tellement d’aller luncher avec les amis » « J’ai hâte de rire,  d’échanger, de ventiler avec mes amis! » « J’ai hâte de prendre ma mère dans mes bras… »

2) Impacts physiques: 

1 Espace de travail pas adapté « J’ai choisi de vivre au centre ville dans un petit condo pour être proche du bureau et de l’action. Résultat: je travaille dans ma cuisine avec mon chum… Ça marche pas ! On se pile sur les pieds et on peut pas sortir! » 
2 Être toujours dans le même environnement  « Je capote de voir toujours les mêmes 4 murs… » « Je m’ennuie de voir le Vieux Montréal qui est un si bel environnement de travail! » 
3 Matériel inadéquat / « Mon patron m’a dit qu’on aurait des bonnes chaises… On les attend toujours! » « Pas évident de travailler dans ma chambre… »
4 S’abandonner « Je n’ai plus le goût de prendre soin de moi… J’aime me maquiller, m’habiller, me parfumer. Mais là, ça n’en vaut pas la peine! » 
5 Manque de sommeil « Le fait de ne pas bouger beaucoup et de ne pas me déplacer, rajoute la charge mentale, c’est rendu que je dors super mal, je suis contrarié. »
6 Prise de poids « Évidemment, à ne pas bouger comme ça. J’ai pris 10 livres! » 
7 Manque d’exercice « À toujours être dans la maison, je ne sors plus. Je ne vais plus au gym non plus. J’ai perdu la motivation. » 

3) Impacts logistiques:

1 Ne plus lire dans le métro  « Lire dans le métro était pour moi un moment de détente. Ça me manque. » « La coupure était importante pour moi, elle me faisait du bien. »
2 Une routine qui s’installe « Être toujours dans la maison fait qu’on est moins dynamique. On prend des petites habitudes pas mal plus relaxes que normalement. » 
3 Gestion du temps « Les journées sont trop longues puisqu’on est confiné = procrastination! » 
4 Coupure difficile « Je ne me rends plus au travail. Je n’ai plus la coupure entre travail et maison. J’aime me déplacer vers mon lieu de travail pour être dehors. » « Quand je voyageais entre chez moi et le travail, ça me donnait le temps de faire une coupure. J’arrivais disponible à la maison ou sur mon lieu de travail. Mais là, entre mon bureau et la cuisine, je n’ai pas cette coupure. »
5 Beaucoup de bruits ambiants « Quand la femme de ménage qui passe l’aspirateur pendant un zoom… » « Les enfants dans la maison… c’est pas clame et tranquille. » 
6 Apprendre à utiliser un nouvel outil  « Je me sens mal prise. J’ai jamais utilisé ça Classroom! C’est compliqué. Je n’aime pas enseigner en virtuel. » 

4) Impacts psychologiques:

En fait, tous les impacts précédemment mentionnés génèrent des impacts psychologiques. Ils sont nombreux et doivent être adressés rapidement. 

1 Se comparer aux autres dans la maison « J’ai pas fait le bon choix de carrière, les autres travaillent trois fois moins que moi! »
2 Difficulté de concentration  « La présence des enfants dans la maison m’empêche de me concentrer convenablement. »
3 Charge mentale « Je prends plus de responsabilités sur mes épaules par crainte que les autres croient que je procrastine. »  « Je travaille 10 heures par jour, je réponds systématiquement à mes messages! » « Je vois TOUTES les tâches à faire dans la maison… »
4 Perte de liberté de choix  « J’ai l’impression d’être puni! Je ne suis plus être libre de faire activités que je veux (surtout depuis le couvre-feu) »
5 Perte de confiance en soi / perte de contrôle « Je me sens incompétent dans mes fonctions. Pourtant, ça fait 10 ans que je fais ce travail! » « J’ai de la misère avec l’outil Teams… Ça marche pas! » « J’ai l’impression que mes employés ne travaillent plus! » 
6 Être en conflit de valeur « Je suis contre le fait d’être devant un ordi toute la journée!  J’haïs l’hyperconnectivité. »
7 Perte de patience  « Un rien me fait pogner les nerfs! »
8 Poser des gestes particuliers « La peur d’attraper la maladie m’a poussé à carrément quitter mon emploi par solidarité pour mon conjoint qui l’avait perdu. »  
9 Perte de sens  « Je ne vois pas le bout. Je ne vois pas la fin. On nous dit qu’il y en aura d’autre… À quoi ça rime de faire attention, alors? » 
10 Perte de perspective   « C’est comme si on était dans un épais brouillard… On ne peut rien organiser, aucun voyage… c’est vraiment déprimant. »
11 Gestion du changement  « Apprendre à travailler en virtuel, c’est compliqué. Je ne suis pas à l’aise avec ces outils. Je me sens prise au piège. »  « Toutes les habitudes qu’il faut changer, j’aime pas ça. Je veux revenir comme avant. » 

En conclusion, on doit tenir pour acquis que le télétravail est là pour rester, que ça nous plaise ou non. La difficulté vient du fait que c’est encore nouveau et précipité. Pour certains, accepter cette nouvelle réalité est plus difficile que pour d’autres. Il faut laisser le temps à tous d’apprivoiser le nouveau « normal ».

Je crois que l’entreprise qui sera en mesure de passer le mieux à travers cette période tumultueuse est celle qui fera preuve d’agilité et de souplesse. Essayer des nouvelles façons de gérer, oser faire différent est un gage de succès. 

Être à l’écoute des membres de votre équipe pour découvrir ce qui leur convient le mieux dans cette nouvelle façon de travailler est également une belle habitude à prendre. De plus, l’organisation qui mettra tout en place pour prendre soin rapidement des membres de son équipe aura du succès. C’est à dire assurer une présence, offrir du soutien, faire des rencontres régulièrement, permettre à tous de s’exprimer sont des stratégies de réussite. 

On a tous besoin de faire partie d’une communauté. On a tous besoin de sentir qu’on fait partie de quelque chose de plus grand que soi. 

 

Si l’un ou l’autre des énoncés nommés ci haut vous interpelle ou si une personne de votre entourage manifeste des malaises qui se retrouvent dans cette liste, ne tardez pas à réagir. Ce sont des signaux d’alarme. 

Bon courage, chers lecteurs! 

Ce n’est pas terminé mais on va y arriver. 

Je suis là pour en jaser, si vous voulez!

Recommended Posts

Laisser un commentaire

PersonnalitéChanger une habitude, gérer le changement, oser, être mal à l'aise

Bonne nouvelle!

Tous nos services sont maintenant offerts en ligne. N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus!