La puissance du sentiment d’appartenance en entreprise

 dans Non classé

Dernièrement, ma fille a fait son spectacle de fin d’année dans son programme scolaire de Comédie-musicale au secondaire. Ce programme est comme un sports-études mais au lieu d’avoir un entraînement de sport par jour dans la grille horaire, il y a un cours de chant, de danse, de théâtre ou de musique.

Après le spectacle qu’elle a fait, elle s’exprimait ainsi sur Facebook : « Merci ma belle gang, grâce à vous, je passe plus facilement à travers mon secondaire ! ».

Ces paroles m’ont touchée et m’ont fait faire plusieurs parallèles avec le monde du travail:

  • On passe beaucoup de temps à l’école tout comme au travail ;
  • On nous demande de faire de gros efforts à l’école, au travail aussi ;
  • On nous demande de performer à l’école, que dire du travail! ;
  • L’école, ça commence tôt, le travail aussi, en général…
  • On a des supérieurs à l’école, au travail également ;

Mais, il y a une nette différence entre l’école et le travail : l’école, c’est obligée.

Vous me direz : « Travailler aussi ! ». Oui, c’est vrai mais le métier qu’on pratique, normalement, on l’a CHOISIT. Ce qui n’est pas le cas des matières scolaires…

Déduction : le travail devrait être plus satisfaisant que l’école, plus amusant à tout le moins.

Haut taux de dépression

Alors, comment ça se fait qu’en ce moment au Québec, la maladie qui est la plus répandue en milieu de travail est la dépression ? Comment ça se fait que les mots « satisfaction au travail », « reconnaissance », « consolidation d’équipe », « leadership » sont sur toutes les lèvres des consultants en ressources humaines en des termes de manque à gagner ? Comment ça se fait que le taux d’absentéisme est grandissant dans nos entreprises ? Comment ça se fait que certaines entreprises ont un taux de roulement de 1 employé sur 2 tous les 3 ans ?

Comment ça se fait que ma fille est heureuse à l’école malgré des matières difficiles et ennuyantes qu’elle doit réussir et qu’elle n’a surtout pas choisies?

Parce qu’elle a un puissant sentiment d’appartenance à son programme scolaire.

Le sentiment d’appartenance

Si vous n’avez pas de sentiment d’appartenance à l’entreprise pour laquelle vous travaillez, à qui vous donnez beaucoup d’heures par semaine, pour qui vous performez, pour qui vous vous levez tous les matins, vous aurez tôt ou tard le désir d’aller voir ailleurs parce que vous serez portés par le désir d’appartenir de quelque chose de plus puissant.

 À qui la responsabilité ?

Il est fondamental que l’entreprise qui désire éviter le roulement de personnel et le taux d’absentéisme élevé doit avoir une culture forte et inspirante, porteuse de valeurs qui connectent avec l’employé qui la représente. Celui-ci doit avoir le sentiment qu’il fait partie de quelque chose de plus grand que lui et qu’il soit honoré d’en être le porte parole.

Dans les formations que je donne, lorsque j’entends des employés me dire : « la mission de mon entreprise, j’ai aucune idée c’est quoi… » je vois un manque de vision de la part des gestionnaires qui ne considèrent pas nécessaire d’avoir une mission claire, forte et inspirante pour l’équipe.

Toutefois, lorsqu’un employé me dit : « J’en reviens pas, mon patron a rassemblé notre équipe pour nous parler d’un projet qu’il veut mettre en place. Il voulait nous demander notre opinion dessus… À nous! On est juste des manutentionnaires ! » je comprends que ce patron investit dans le sentiment d’appartenance de ses employés et que ceux-ci auront le goût de continuer à bien faire leur travail et bien plus! Magie !

Le sentiment d’appartenance a une grande puissance sur l’employé. Il engage sa loyauté.

Les employés sont les meilleurs ambassadeurs de l’entreprise. Ce sont eux qui en parlent en bien ou en mal. Ils sont une plus value pour l’image de l’organisation. Désirez-vous  promouvoir une image positive ou négative de votre entreprise ?

La responsabilité (ou le défi) revient donc aux autorités en place de créer un sentiment d’appartenance des employés.

L’ingrédient numéro UN pour réussir: démontrer de la RECONNAISSANCE à ses employés. C’est essentiel. N’oublions jamais que si les employés ne sont pas là, il n’y a plus d’entreprise…

Des entreprises déjà engagées dans le développement du sentiment d’appartenance

Plusieurs entreprises font des efforts en ce sens. L’employé du mois par exemple, la célébration des fêtes de Noël ou autres partys, les activités à l’extérieur du bureau (retraite corporative), souligner les anniversaires de chacun, cadeaux de toutes sortes…

Ce sont là d’excellentes façons de donner de la reconnaissance à ses employés. Mais, il est possible d’aller beaucoup plus loin dans cette démarche.

  • Impliquer son équipe dans la compréhension de la mission de l’entreprise, tel que mentionné plus haut ;
  • Impliquer son équipe dans le développement de solutions à l’interne ;
  • Apprendre à reconnaître les gens pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils font (dernier texte du blog);
  • Offrir de l’appréciation avec un vocabulaire qui est personnellement adressé à l’employé ;
  • Offrir un suivi personnalisé à chacun des membres de l’équipe, etc.

Il y a un tas de possibilités pour développer le sentiment d’appartenance à l’entreprise.

Il suffit de décider que c’est important et y mettre le temps. Et, bonne nouvelle, ça n’a pas à coûter cher du tout! C’est LA garantie de la loyauté des employés pour l’entreprise. Comme ma fille dans son formidable programme scolaire.

Vous avez des idées? J’aimerais beaucoup les connaître!

Cet article vous interpelle? Vous avez envie d’investir dans votre équipe pour développer son sentiment d’appartenance? Nous pouvons en parler ensemble pour voir ce qui est possible de faire. J’en serai honorée!

Billets récents

Laisser un commentaire

Bonne nouvelle!

Tous nos services sont maintenant offerts en ligne. N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus!